Connaissez-vous les 5 paliers de l’échec ?

Connaissez-vous les 5 paliers de l’échec ?

Les 5 paliers de l’échec vous feront grimper à coup sûr, vers la réussite. Avant tout, il est important de les découvrir pour les comprendre et les reconnaître.

Bien souvent, lorsque l’on est confronté à un échec, on ne les accepte pas et la réaction est de se trouver en dessous de tout.

Pourtant ce n’est pas le cas, si l’on sait se servir de ces échecs pour avancer vers la réussite.

Premier palier de l’échec

Êtes-vous capable d’échouer ?

Chacun d’entre nous est capable d’échouer, normalement 100% des êtres humains sont capables d’échouer.

D’ailleurs, involontairement c’est ce que nous faisons lorsque nous sommes encore bébé lorsque nous apprenons à marcher.

Combien de chutes, d’échecs, avant de se tenir debout et marcher ???

bébé qui marche

Pourtant nous n’abandonnons pas, nous essayons d’améliorer notre équilibre à chaque nouvel échec.

Nos peurs de l’échec ne sont pas encore développées.

Mais une fois adulte ce n’est plus la même chose et la majorité des gens reste au palier 1 de l’échec, car ils n’acceptent pas d’échouer.

Ils font tout pour éviter l’échec au lieu de ses servir de leurs échecs pour aller de l’avant.

De ce fait, ce sont 80% des personnes qui n’évoluent pas, car elles ne prennent pas leurs échecs pour des expériences, mais comme une incapacité pour elles de progresser.

Si vous regardez Thomas Edison, l’inventeur de la lampe à incandescence, il a échoué 1000 fois et n’a jamais abandonné, car pour lui, chaque échec représentait une avancée vers ce qu’il voulait obtenir.

Je vous conseille de vous inspirer de cet exemple à l’avenir. La majorité des scientifiques et des chercheurs avancent vers leurs objectifs uniquement parce qu’ils acceptent leurs échecs comme des avancées vers ce qu’ils veulent atteindre.

Chaque échec doit être une victoire sur la suite de vos expériences.

Deuxième palier de l’échec

Les personnes qui arrivent à ce deuxième palier de l’échec ont appris à côtoyer l’échec, elles l’acceptent comme un sous-produit naturel de la poursuite de la réussite.

Moins de 20% des gens accèdent au palier 2 et ils y restent souvent très longtemps.

20%

kalhh / Pixabay

L’évolution est lente, très lente, car l’échec est très compliqué à accepter. Nos croyances, notre éducation et les codes de la réussite qui nous ont été enseignés n’admettent pas l’échec.

Lorsque vous arrivez à ce palier de l’échec, dites-vous que vous avez fait un très grand pas vers la réussite, même s’il en reste encore à gravir.

Troisième palier de l’échec

Dans le palier précédent, les personnes sont disposées à échouer, elles commencent à accepter l’échec comme une avancée vers leur réussite.

Au troisième palier, on a la volonté, l’envie d’échouer. On ne se contente plus d’accepter l’échec, mais on le recherche. Il devient une façon de voir, et il fait partie de la vie.

Cette volonté amène à acquérir le désir d’échouer en ayant l’intime conviction que la croissance personnelle et financière s’ensuivra obligatoirement.

Malheureusement, il n’y a que 5% des personnes qui atteignent ce palier.

Rappelez-vous, 80% des gens restent bloqués au palier 1 et seulement 20% atteignent le deuxième.

Quatrième palier de l’échec

Arrivées à ce palier, les personnes prennent conscience que si l’échec est bon, échouer en plus grand et plus vite est meilleur.

Les personnes qui atteignent ce palier de l’échec sont arrivées à la conclusion que si l’échec est bon, échouer plus vite est encore bien meilleur.

échec

Tabor / Pixabay

En conséquence, non seulement ils vont échouer plus vite, mais ils vont avoir ce raisonnement :

« Tant qu’à augmenter le nombre de ses échecs, autant poursuivre des objectifs qui valent vraiment la peine, et aller vers de très grands objectifs. »

Cinquième et dernier palier de l’échec

Le but à atteindre est d’échouer de manière exponentielle et sans être obligé d’y penser.

C’est en quelque sorte, entrer dans les gênes des personnes qui atteignent ce dernier palier.

Ces personnes sont très rares. Et ce n’est pas une raison pour vous mettre des barrières et penser que vous ne pouvez pas. Il suffit de le vouloir et de ne pas abandonner en chemin.

Vous devez juste comprendre qu’une réussite exceptionnelle exige un surcroît d’efforts.

Les gens qui sont arrivés à ce palier en amènent d’autres à échouer avec eux, en sachant que si l’échec individuel est garant de la réussite individuelle, l’échec collectif est garant de la réussite collective.

C’est exactement ce qu’il faut pour grimper jusqu’à la réussite.

Le pouvoir du non

Pour gravir tous les paliers de l’échec et donc de la réussite, je vous invite à apprendre à accepter les « non ». Le « non » fait peur, car on n’est pas habitué à considérer le « non » comme positif.

En faisant ce qui vous fait peur, vous allez vous rendre compte de votre pouvoir et vous serez de plus en plus détendu lorsque vous entendrez « non ».

Non

geralt / Pixabay

Pensez aux différents paliers dont je vous ai parlé dans les paragraphes précédents. Pour atteindre les différents paliers, vous devez rechercher les « non » pour réussir à obtenir des « oui ».

Par exemple, cette semaine, vous vous êtes fixé comme objectif d’avoir 3 personnes qui vont vous dire « oui » à votre proposition.

Deux cas de figure se présentent.

Premier cas, dès le premier jour de la semaine vous avez eu vos 3 « oui ».

Deuxième cas, pendant des 3 premiers jours vous n’avez que des « non ».

Après tous ces refus, soit vous arrêtez, car vous pensez ne pas réussir, soit vous persévérez et vous obtiendrez bientôt un « oui », à une condition, réfléchissez à ce qui s’est passé pour pouvoir rectifier ce qui ne va pas. Si vous abandonnez, vous ne vous donnez aucune chance d’avoir un « oui ».

Revenons au premier cas, là encore vous avez deux solutions.

Soit vous arrêtez de prospecter, car vous avez obtenu vos 3 « oui » et vous estimez que vous avez atteint votre objectif et que cela suffit, soit vous continuer pour obtenir des « non ». Sans ces « non », vous ne saurez pas pourquoi vous avez eu ces « oui » et vous ne pourrez pas renouveler votre stratégie.

Quel que soit l’objectif à atteindre, il ne faut jamais se contenter du minimum. Vous devez toujours faire mieux !

Avez-vous déjà eu des expériences en marketing de réseau ?

Pouvez-vous répondre à quelques questions que je puisse vous donner d’autres conseils adaptés à vos besoins.

Pour répondre, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Abonnez-vous à ma liste de contacts pour rester informé !


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.